ciné-marges-club #28
{ Post-porn  } 

jeudi 5 déc / UTOPIA
️‍
LAS HIJAS DEL FUEGO

lashijas3

> Essai poético-politico-poliamoureux, roadmovie porno-lesbo-féministe <

Projection inédite en présence de ⚡️Albertina Carri ⚡️

Facebook-Like

LAS HIJAS DEL FUEGO / LES FILLES DU FEU
Un film de Albertina Carri (Argentine, 1h55)

Dire de ce film que c’est un road movie féministe lesbien post-pornographique suscitera certainement la curiosité sans pour autant résumer l’ambition et le potentiel du 6e long métrage d’une figure incontournable du Nouveau Cinéma Argentin. Albertina Carri nous invite à faire corps en toute liberté, hors des chemins rebattus de la pornographie mainstream, des identités et des pratiques sexuelles figées. L’expérience humaine, sexuelle, intellectuelle et politique débute à Ushuaia, en Terre de feu, donc de glace, avec un duo puis un trio de femmes qui embarquent dans une camionnette volée et remontent vers le nord, accueillant à son bord de nouvelles venues.
Il s’agit d’une découverte radicale, qui déplace et transporte vers cet « autre » paysage des corps, hors des normes physiques et sexuelles. Car au gré des rencontres charnelles entre femmes lesbiennes, trans, cis, dont les corporalités ne sont pas l’objet d’un catalogue de foire mais d’une visibilité militante et fière, le film se déploie comme un manifeste lesbo-féministe, porno libertaire et un essai poético- polyamoureux pour célébrer, de façon réjouissante et irrévérencieuse, des expérimentations consenties et créatives.
Las Hijas del fuego sont aussi les héritières des dissidentes déportées de l’Antarctique. Elles se mettent en scène comme les nouvelles particules élémentaires et contagieuses d’une communauté joyeuse et solidaire, d’un grand corps désirable et désirant qui évolue déjà dans les interstices de nos réseaux normatifs.

ALBERTINA CARRI
Orpheline de parents militants disparus par la Junte argentine, la cinéaste Albertina Carri (1973) prolonge leur geste de défi depuis le présent en explorant rageusement le langage pour contrecarrer les limites excessives de la norme. Sans exclusivité, tous les genres et toutes les catégories sont savamment démontés et resignifiés dans ses films (Los Rubios, Géminis, La rabia, Cuatreros, Barbie aussi peut être triste, etc.), sélectionnés et primés dans des festivals du monde entier. Intellectuelle impliquée en faveur de la diversité, elle travaille en équipe : série télévisée, festival de cinéma LGBTIQ+, vidéo-installations, courts métrages, mise en scène théâtrale… Immergée dans une quête personnelle contagieuse, elle s’engage dans chaque processus créatif de façon radicale. Les filles du feu (2018) est son dernier film.

- – – – – -
Cinéma Utopia Bordeaux (place Camille Julian)
Tarifs habituels
- – – – – -

Soirée organisée et animée par Laurence Mullaly du CHISPA (Cultures hispaniques et hispano-américaines actuelles) en partenariat avec Cinémarges.

Dans le cadre du colloque “DÉ-POSSESSION : Post-pornographie féministe en Amérique latine et en Espagne” (4-6 déc, Université de Bordeaux), en présence de : Lucía Egaña Rojas, Silvana Gallinotti, María Cañas, val flores…

 

 

Articles liés