{ UNIPOP }

Le cinéma Jean Eustache invite les fans du ciné-marges-club à participer à 2 cours des Unipop (dans la limite des places disponibles)

Céline Sciamma, chez Hold Up rue rambuteau à Paris le 30 avril 2013.jeu 26 sept / 20h30 / Jean Eustache
RENCONTRE AVEC CÉLINE SCIAMMA

A l’occasion de la sortie de PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU, revenir sur la carrière d’une cinéaste lesbienne féministe assumée.

Diplômée de la FEMIS en section scénario, Céline Sciamma fait aujourd’hui partie des cinéastes de talent que compte le cinéma français. Son nouveau coup d’éclat, première incursion dans le film à costumes, vient couronner le parcours sans faute d’une auteure dont la sensibilité affleure à chaque réalisation : Naissance des pieuvres en 2007, déjà avec sa complice Adèle Haenel, puis Tomboy en 2011 et Bandes de filles en 2014. Interrogeant son époque, ses questionnements sexuels et identitaires, Sciamma s’est faite le chantre d’un cinéma qui libère, questionne et bouscule; un cinéma mettant en scène l’émancipation des femmes, les cheminements du désir et l’interrogation des genres.
Portrait de la jeune fille en feu est un grand film sur l’amour et la création qui conjugue la puissance de la passion et la délicatesse de l’intime, sublimement magnifié par un duo de comédiennes éblouissantes.

> précédé de Portrait de la jeune fille en feu (18h30)

- – – – – -
vardajeu 4 juin / 18h30 / Jean Eustache
AGNÈS VARDA PAR BRIGITTE ROLLET

Photographe, cinéaste et « artiste visuelle », Agnès Varda aura eu trois vies en une, inspirant des générations de cinéastes et de femmes artistes à travers le monde. Précurseuse de la Nouvelle Vague avec La Pointe courte (1954), et seule femme de cette bande déterminée à en dé-coudre avec les traditions et les modèles institués, elle est à l’origine de quelques uns des gestes les plus forts et les plus aventureux du cinéma fran-çais : Cléo de 5 à 7, Le Bonheur, Les Glaneurs et la glaneuse, Les Plages d’Agnès…L’espiègle grande dame nous a quittés en 2019, laissant dans son sillage une œuvre foisonnante et protéiforme, libre et fragmentaire, audacieuse jusqu’à l’irrévérence..

Chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Brigitte Rollet enseigne à Sciences-Po et à l’University of London Institute à Paris. Son livre Femmes et cinéma, Sois belle et tais-toi ! (2017) passe au crible la misogynie de l’usine à rêves hollywoodienne. Elle s’est spécialisée dans la représentation des femmes et des questions de genre et de sexualité sur le grand et le petit écrans.

> suivi de Sans toit ni loi (20H30)
Une jeune fille errante est trouvée morte de froid : c’est un fait d’hiver…

Articles liés