Garçonnes de l’écrit à l’écran // 30 avril

Written by on avril 2nd, 2016 // Filed under Uncategorized

samedi 30 avril // Bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

Une après-midi à la bibliothèque autour de deux adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires qui ont marqué les années folles en France et en Angleterre, période de légende pour les transgressions en tout genre.

 

 La garçonne 1

14h/  LA GARÇONNE de Jean de Limur

(Fr, 1936, 1h35)

Une jeune femme, destinée par ses riches parents à un fiancé infidèle, décide de mener à son tour une vie de plaisirs dans le Paris interlope où elle collectionne les partenaires des deux sexes.
En 1922, à la sortie du roman, La Garçonne, le scandale fut tel que son auteur, Victor Margueritte, fut déchu de sa Légion d’honneur . Plusieurs adaptations cinématographiques se sont inspirés de ce roman entre les années 30 et 50, mais celle de Jean de Limur est sans doute la plus audacieuse. La jeune fille, interprétée par Marie Bell, y croise des garçons comme des garçonnes. Elle est entretenue par une étonnante Arletty teinte en blonde et suscite la convoitise de deux chanteuses. La première est incarnée par Suzy Solidor, alors immense vedette de music hall, aux chansons hédonistes : «La vie est un feu de paille, prends le plaisir quand il vient.» La seconde n’est autre qu’Edith («la môme») Piaf !  qui réplique : « Mes sens inapaisés, cherchant pour se griser, l’aventure des nuits louches, apportez-moi du nouveau…».

invit-AnneDelabreCe film rarissime devenu introuvable vous est montré dans le cadre d’une carte blanche offerte au Ciné-club Le 7e genre de Paris, en présence d’Anne Delabre (auteure et critique).

 

 

Orlando 2

16h30 /  ORLANDO de Sally Potter (R.U, 1992, 1h30)

En 1600, un jeune noble, Orlando, devient le favori de la reine Elisabeth Ire. Sur son lit de mort, elle l’implore de rester toujours jeune. Il tra- verse ainsi le temps jusqu’à nos jours, sans jamais vieillir. Non content d’échapper à la loi du sablier, Orlando défie également la loi de la dif- férence sexuelle. Né homme, il se réveille femme après un long sommeil…
Joué par une seule actrice — Tilda Swinton, égérie de Derek Jarman et figure androgyne par excellence — Orlando est la libre adaptation du roman éponyme (1928) de Virginia Woolf, dédié à son amante Vita Sackville-West. Lettre d’amour ou exercice de style, il était certes inédit que d’étaler l’action sur plus de trois siècles (1586 à 1928), résumant à travers son personnage-titre toute l’histoire de l’Angleterre des Tudors aux Années folles.
Grâce à cette œuvre féministe poétique, la réalisatrice-compositrice anglaise, Sally Potter, remporte un succès international, et à Venise en 1992, Tilda Swinton le prix de la meilleure actrice, ô combien mérité !

> en présence de Sye-Kyo Lerebours (Université de Bordeaux) et Fred Arends (journaliste)

 

// Entrée libre

Bibliothèque de Bordeaux Mériadeck – auditorium

85 Cours Maréchal Juin, 33000 Bordeaux

Articles liés

lasocio
logo-prends-moi_cinemargescarré

Prends-Moi!octobre 22, 2018

logo-fond-noir-blanc

Actu gayfévrier 12, 2015

One Response to “Garçonnes de l’écrit à l’écran // 30 avril”