Courts queers // 28 avril / 21h / Galerie St François

Dans le cadre de l’exposition “Je vous souhaite d’être follement aimé !”

Projection de vidéos queer What’s Your Flavor ?

Carte Blanche à Stéphane Gérard (réalisateur)
Une sélection de courts-métrages issus de «What’s Your Flavor ?», un appel à films expérimentaux LGBTQI, lancé en 2015 en collaboration avec le Collectif Jeune Cinéma. Un programme queer et féministe de cinéastes internationaux explorant les représentations des minorités dans la minorité.

 

 invit-stephane flavor

 

 

 

 

Nothing like Ivanhoe (Bug Davidson)
Variation rock n’roll des thèmes revisités du coming out, de l’amour et des héros…
 
Sissy (Jen Crothers)
Une réjouissante exploration de ce que c’est d’être une pédale fière (si l’on peut traduire ainsi “A sissy”),  dénonçant le prima de la masculinité et la misogynie.
 
Thérèse(s) & Simone(s)  (Adam.M)
Un hommage à Thérèse Clerc. La voix des Babayagas se mêle à celle de Simone de Beauvoir dans un corps à corps inter-générationnel.
Une ôde aux femmes qui vieillissent, à leurs corps et leurs désirs, situés quelque part entre fantasme et réalité.
 
The Ghosts of Syb’L vane (Hayat Hyatt)
Un fantôme ramène à la vie le souvenir dʼanciens amants. Inspiré par Le portrait de Dorian Gray, ce court mêlant fiction et documentaire s’intéresse aux politiques des masculinités, des désirs et des identités gays noirs.
 
Record Recreate (Jacqueline Lin)
« Etant intéressée par la critique des canons et idéaux de beauté des femmes asiatiques, j’ai enregistré des interview de mes amis et de ma famille, et j’ai ensuite rejoué leurs dires d’une manière ludique et ironique. » (J.L)
 
F to (Hayley Morgenstern)
Pied de nez queer aux contes de fées « hétéronormés »,  une performance inspirée du film DAISIES de Vera Chytilová, ainsi que des écrits d’Angela Carter. C’est aussi une représentation visuelle des recherches théoriques des deux auteurs sur les questions trans et lesbiennes.
 
The Break (Alexis Mitchell)
Dans son ouvrage “The Queen’s Throat: Opera, Homosexuality, and the Mystery of Desire”,  Wayne Koestenbaum analyse la voix comme lieu de transgression en en étudiant la physionomie, le son et l’idéologie. La voix permet de construire une solide identité genrée, mais tout autant de la déconstruire. Ici on se concentre sur la modulation vocale, le “voice break”, et les relations entre le genre et la voix chantée.
 
Sissy_sniffing_flowerl_905 Lucienne&Thérèse nothinglike

 

TheBreak 

 

 

 

- – – – – – – 

Galerie Saint François

20 rue St François à Bordeaux

Entrée libre

 

 

.

 

 

 

 

One Response to “Courts queers expérimentaux / 28 avril”