Je suis à toi (ouverture)

Désir, désirs // EVENEMENTS // LES FILMS

David Lambert / Belgique, Canada / 2014 / 1h42

JEUDI 16 AVRIL > 20h20 > UTOPIA

Suivi d’un cocktail offert (sur présentation du ticket) et d’une sélection musicale de qualité par Club Amour au Wunderbar  (à partir de 22h).

Lucas, un jeune Argentin fauché, s’exhibe sur des sites gays pour un peu de plaisir tarifé. Quand Henri, un boulanger belge esseulé, propose de le faire venir en Europe, Lucas saute le pas et devient son apprenti. L’assistante d’Henri sera la trouble-fête dans cette intrigue remplie de surprises.

Second long-métrage, après Hors les murs , du prometteur réalisateur belge, Je suis à toi offre un récit croquant, savoureux et tout en tension avec un duo insolite d’acteurs remarquables : Nahuel Pérez Biscayart ( Grand Central , Au fond des bois …) et Jean-Michel Balthazar (habitué des frères Dardenne). A noter, la présence de Monia Chokri, découverte chez Xavier Dolan. Avec le savoir-faire d’un boulanger, David Lambert pétrit sans fausse pudeur un chassé-croisé amoureux au réalisme parfois acide mais toujours sincère. Le tout relevé avec une pointe d’humour belge. Sur un air d’opéra, entre querelles et passions, le désir triomphe et… l’amour aussi.

Film présenté par Fred Arends, journaliste belge.

mars 24th, 2015

Je suis Annemarie Schwarzenbach (clôture)

EVENEMENTS // Icônes Queer // LES FILMS

Véronique Aubouy / France / 2014 / 1h26

DIMANCHE 19 AVRIL > 20h30 > UTOPIA

Comment incarner à l’écran l’écrivaine suisse Annemarie Schwarzenbach ? Figure littéraire sulfureuse des années 30, androgyne, bisexuelle, féministe, journaliste, aventurière.…nombreuses sont les casquettes qu’elle a pu revêtir.
Au moyen d’un casting filmé, la réalisatrice tisse les contours de cet être singulier et pluriel, en même temps qu’elle questionne son héritage. A l’instar de ce célèbre tableau de Magritte, nous pourrions sous titrer ce film « Ceci n’est pas un biopic ».  Car le sujet de ce docu-fiction à la mise en scène étudiée n’est pas forcément où on le pense. Si la vie et les écrits de Schwarzenbach servent de toile de fond à cette œuvre audacieuse, c’est peu à peu le portrait d’une jeunesse d’aujourd’hui qui se dessine, traversée par la même soif de liberté.

Véronique Aubouy construit une œuvre fortement empreinte de littérature et de musique, où se croisent films documentaires et de fiction, mais aussi performances, installations vidéo et photographies. Elle réalise depuis 1993 un film marathon sur la lecture filmée de « A la Recherche du temps perdu » de Proust. Je suis Annemarie… est son premier long métrage de cinéma.
Actrice, performeuse, Julia Perazzini mène en parallèle de sa carrière de comédienne de cinéma, de nombreux projets sur les planches, one-woman shows et performances transformistes. Elle sera également à l’affiche de King Kong Theory en juin 2015 à Paris.

En présence de la réalisatrice Véronique Aubouy et de l’actrice Julia Perrazini

mars 24th, 2015

Don’t pray for us

Désir, désirs // EVENEMENTS // LES FILMS

PERFORMANCE MUSICALE de AJ Dirtystein

“Don’t Pray for us” est un éloge à l’inconnu, une quête de soi et du monde par la destruction des barrières de l’inconscient et de la conscience mais également la destruction des frontières géographiques. Ainsi, en redonnant une teinte sexuelle au sacré et en faisant du rituel païen un lieu de puissance individuelle, cette vidéo-performance questionne les limites entre le personnel et le collectif par la transmission et la “Participation mystique” (au sens Jungien) dans l’acte performatif. L’action artistique fonctionne par le biais du transfert, c’est-à-dire autrement que par l’autorité du discours, et personne face à une histoire donnée, un conte, une action ou une oeuvre n’est passif : c’est par le regard que passe la relation à l’autre mais aussi par les images que peuvent véhiculer nos inconscients. Ces derniers dialoguent entre eux, faisant du rêve, du songe, du fantasme, les ailleurs qui modèlent notre imagination et redéfinissent les limites de notre présent, quand ceux-ci sont poussés à être réalisés et assumés.
Quoi de plus beau qu’un corps qui se révèle au monde ni comme étranger à soi, ni comme étranger pour les autres ?

AJ Dirtystein est plasticienne, performeuse et docteure en littérature française.
La musique de Sacha Bernardson qui l’accompagne navigue aux frontières de la pop et de la musique baroque dans des volutes électroniques.

 ++

We-are-born
WE ARE BORN NAKED
de Daniel Aguirre / France / 2014 / 34 min
Avec Rachele Borghi aka Zarra Bonheur, AJ Dirtystein, Kika Burns
Ce documentaire met en scène des artistes performeurs dont l’approche queer vise à déconstruire les frontières, combattre les distinctions binaires (homme/ femme, hétéro/homo…).  De la France à la Colombie, les protagonistes se réapproprient leurs corps à des fins artistiques et politiques.

 

JEUDI 16 AVRIL / 22H30 / UTOPIA

mars 22nd, 2015

THISISTHEWAY

SAMEDI 18 AVRIL > 12h > UTOPIA
DIMANCHE 19 AVRIL > 14h > UTOPIA

THIS IS THE WAY
Giacomo Abbruzzese / Fr / 27 min
Joy a deux mères et deux pères. Elle a un petit copain, Timo, d’origine nigériane, et une petite amie, Bibi, d’origine portugaise. Un docu-fiction sur une fille qui vient du futur.

LE MAILLOT DE BAIN
Mathilde Bayle / Fr / 20 min
Dans un camping au bord d’une plage, Rémi, dix ans, est fasciné par le père d’une camarade de jeu : c’est un sentiment nouveau qui vient troubler ses vacances. Réalisé à Mimizan.

PETIT CŒUR
Uriel Jaouen Zrehen / Fr / 6 min
Le temps d’un regard dans le métro, une fille est intriguée par une autre passagère.

LA PRINCESSE DE LAMOUR DAMOUR
Arnaud Lalanne / Fr / 9 min 30
Une conteuse, un groupe d’enfants et l’histoire d’une princesse qui ne s’en laisse pas conter en amour… Avec Laetitia Andrieu, réalisé à la médiathèque de Lormont.

ICH BIN EINE TATA
Marielle Gautier, Hugo P. Thomas, Ludovic Boukherma, Zoran Boukherma / Fr / 7 min 30
Arthur, professeur des écoles, a une double vie. Une nuit, il rencontre un ancien élève avec qui il va avoir un moment de complicité. Prix ADAMI d’interprétation pour Daniel Vannet au Festival de Clermont.

WHILE THE UNICORN IS WATCHING ME
Shanti Masud / Fr / 8 min / sur une proposition de Nicolas Maury
Un homme se réveille sous le regard malicieux d’une licorne tout droit sortie d’un de ses rêves érotiques. Ses fantasmes transforment peu à peu son appartement solitaire en un jardin des plaisirs.

CANDY BOX
Emilie Jouvet / Fr / 6 min
Dans une boîte de nuit lesbienne, une femme focalise tous les désirs. Autant de diversités de femmes que de types de MST et de moyens de protection. Avec AJ Dirtystein – réalisé dans le cadre de la campagne de prévention menée par Yagg et l’INPES (magazine Prends-moi).

mars 10th, 2015

The summer of Sangailé

Désir, désirs // LES FILMS

Alanté Kavaïté / Lituanie / 2015 / 1h28 / VOST

Sangailé a 17 ans. Accablée par sa torpeur solitaire et la moiteur de l’été, elle cherche à réveiller ses sensations dans un sombre rituel désenchanté. Elle rêve d’apesanteur et de vol plané mais ses démons la retiennent au sol. La rencontre avec une artiste, intrépide et solaire, pourrait amorcer la voie de son épanouissement…

Le film s’ouvre sur un meeting aérien. Rien à voir, pourtant, avec un film catastrophe ou un film d’action. La jeune réalisatrice lituanienne, primée à Sundance, dessine une narration subtile et un récit épuré. La puissance du film repose notamment sur le jeu épatant de l’interprète principale, mais aussi sur le talent de toute la palette de mise en scène (musique, paysages, lumière dorée de fin d’été, inventivité dans les décors et les costumes…) qui crée une atmosphère très singulière, entre féerie et noirceur. Un voyage sensoriel dans le labyrinthe de l’adolescence et ses excès, le paradoxe de la « petite mort » et l’avènement, peut-être, d’une confiance en soi qui permettrait toutes les audaces.

+ PERRUCHE de Roxanne Gaucherand / Fr / 11 min

Lors d’une soirée arrosée, Louise embrasse sa meilleure amie Pauline.  Elle entame alors une course contre la montre…

 

SAMEDI 18 AVRIL / 20h / UTOPIA

mars 8th, 2015

Something must break

Désir, désirs // LES FILMS

Ester Martin Bergsmark / Suède / 2014 / 1h30 / VOST

Stockholm, entre zones industrielles et terrains vagues, Sebastian, un garçon à la beauté androgyne, multiplie les aventures sexuelles avec des inconnus. Quand il fait la connaissance du téméraire Andreas, c’est le coup de foudre. Mais cette relation intense et soudaine va être des plus électriques…

Entre pur réalisme et romantisme total, le film repose entièrement sur ce personnage marginal éblouissant qui a décidé d’être lui-même et de vivre ses désirs sans se préoccuper du regard des autres. Le conflit se love au niveau intime et précisément dans ce qui lie Sebastian à Andreas. C’est un film sur la douleur et le plaisir, et combien ils peuvent être proches l’un de l’autre. Bergsmark a réalisé précédemment un documentaire sur des personnages transgenres ( She Male Snails ) et a collaboré à la sulfureuse série suédoise Dirty Diaries , c’est dire s’il sait filmer le sexe et le trouble.

VENDREDI 17 AVRIL / 16H10 / UTOPIA
SAMEDI 18 AVRIL / 14H / UTOPIA

 

 

mars 7th, 2015

52 Tuesdays

Désir, désirs // LES FILMS

Sophie Hyde / Australie / 2013 / 1h49 / VOST

 

Billie, belle jeune fille dans la fleur de l’âge, a toujours été proche de sa mère avec qui elle vit depuis 16 ans. Un jour celle-ci lui annonce qu’elle entame une transition FtoM et lui demande d’aller vivre un temps chez son père. Elles se font néanmoins la promesse de se voir chaque mardi pour garder le lien. Commence alors une année de changements pour les deux personnages, d’un côté l’éveil à la sexualité (et ses expérimentations multiples), de l’autre un parcours transidentitaire avec ses répercussions physiques et intimes.

Outre le choix d’actrices non-professionnelles incroyables, la grande originalité du film réside dans son tournage découpé réellement en 52 mardis sur une année entière, réécrit chaque semaine pour coller au plus près de la chronologie de l’histoire. Ce découpage millimétré, mêlant vidéo et cinéma hyper réaliste, ouvre une double réflexion sur la construction des désirs et de l’identité. La manière, pour le moins inédite, de mettre en scène ces deux cheminements parallèles au sein d’une même famille donne une grande force au film.
Film indépendant australien primé à Sundance et à Berlin. Coup de cœur Cinémarges.
En présence de Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas,  chercheuses trans.

 

VENDREDI 17 AVRIL / 20H20 / UTOPIA
DIMANCHE 19 AVRIL / 11H30 / UTOPIA

mars 7th, 2015

One Deep Breath

Désir, désirs // LES FILMS

Antony Hickling | 2014 | 63 min

Maël est l’amant d’Adam qui est aussi l’amant de Patricia.
Entre un passé rempli de promesses et un présent difficile à assumer, les protagonistes s’engagent dans un récit à plusieurs voix qui navigue entre rêves, souvenirs, fantasmes et réalités multiples.
Héritier de Derek Jarman, Antony Hickling poursuit avec brio la mise en scène des affres de la passion et du désir, dans un style tout à fait singulier (travail de la photo, insertion de performances, travestissement) qui a déjà conquis le public de Cinémarges l’an passé avec
Little Gay Boy.
On retrouve dans ce récit poétique la figure du triangle amoureux formé par Manuel Blanc (découvert chez Téchiné dans
J’embrasse pas), Thomas Laroppe (jeune acteur prometteur) et Stéphanie Michelini, l’héroïne trans flamboyante de Wild Side de Lifschitz.
Naviguant entre tradition et modernité, Hickling signe un film troublant et magnétique sur la perte d’un être cher, la dualité et les fantômes.

+ PD de Antony Hickling | 8 min
Des corps de mâles s’érigent comme des statuts grecques dans une forêt majestueuse. Sur un texte de Shakespeare, un bel hommage au jardin de Derek Jarman.

+ While the Unicorn is Watching Me de Shanti Masud sur une proposition de Nicolas MAURY / 8min
Un homme se réveille sous le regard malicieux d’une licorne tout droit sortie d’un de ses rêves érotiques. Ses fantasmes transforment peu à peu son appartement solitaire en un jardin des plaisirs.

En présence du réalisateur Antony Hickling

DIMANCHE 19 AVRIL / 18H30 / UTOPIA

mars 6th, 2015

Praia do Futuro

Désir, désirs // LES FILMS

// FOCU KARIM AÏNOUZ

Karim Aïnouz / Brésil, Allemagne / 2014 / 1h46 / VOST
Brésil. Deux touristes allemands sont emportés par le courant au large de Praia do Futuro, où Donato travaille comme maître nageur. Il plonge, mais ne parvient à en sauver qu’un. Rongé par la culpabilité, se rapprochant du rescapé pour finalement en tomber éperdument amoureux, Donato s’enfuit à Berlin avec ce dernier, abandonnant sa mère et son jeune frère Ayrton, en même temps que son travail, son pays, son passé…
Frontalité des rapports humains, cinéma peu bavard, scènes hors du temps. De la beauté aveuglante d’un Brésil dont il capture toute la lumière à l’esthétique industrielle de Berlin, symbolisant l’errance et le désir de reconstruction, Karim Aïnouz saisit les contrastes de son récit et dévoile les contradictions de Donato, incarné avec brio par Wagner Moura, star brésilienne montante dont la carrière internationale se dessine ( Troupes d’élite , Elysium , Favelas ).
D’une construction en trois actes (explosion, déliquescence, reconstruction) s’élèvent trois personnages masculins (Donato, Konrad, Ayrton) en quête d’équilibre.

> voir aussi MADAME SATA

VENDREDI 17 AVRIL / 11H30 /UTOPIA
SAMEDI 18 AVRIL / 22H / UTOPIA

mars 6th, 2015

Madame Sata

Icônes Queer // LES FILMS

// FOCUS KARIM AÏNOUZ

Karim Aïnouz / Brésil / 2002 / VOST

Dans un quartier chaud de Rio, João, un petit malfrat noir tout en muscle, rêve de devenir une vedette de cabaret. Tour à tour malandrin, bagarreur, travesti, taulard, protecteur, il est “une merveilleuse synthèse entre Joséphine Baker, Jean Genet et un Robin des Bois des tropiques”.
Le film s’inspire librement du personnage de João Francisco dos Santos (1900-1976), plus connu sous le nom de Madame Satã, se concentrant sur sa vie dans les années 30. Retraçant ses relations tumultueuses et l’éveil de son goût pour la scène, il s’intéresse autant aux signes annonciateurs de son talent qu’à la ségrégation dont tout Noir – pédé, de surcroît – souffrait à cette époque. Sorti en 2002, ce premier long-métrage de Karim Aïnouz (d’abord assistant de Todd Haynes) nous avait émerveillés tant par sa forme (photographie exceptionnelle) que par son point de vue : l’art de décrire la complexité de ce personnage sensuel, explosif et captivant. Le film culte d’un grand réalisateur brésilien !

> voir aussi PRAIA DO FUTURO

VENDREDI 17 AVRIL / 14H / UTOPIA
SAMEDI 18 AVRIL / 16H10 / UTOPIA

mars 6th, 2015

Page 1 Show More Post10 Posts left